top of page
Rechercher

Parce Que Je Le Vaux Bien : Décryptage des Émotions et du Mérite 🌟

Bonjour à tous, chers lecteurs !


Aujourd'hui, je me suis retrouvé face à des émotions énigmatiques, rappelées par un lointain souvenir. Une phrase me hantait, vue sur de grands panneaux lors de mes voyages à Paris, Berlin et Varsovie. Tout au long de la journée, elle résonnait en moi : "Parce que je le vaux bien", un slogan de L'Oréal.


Après vérification, cette phrase est chantée par les femmes les plus admirées du monde sur YouTube ! Mais quelle signification cachée pouvait-elle avoir pour mon cheminement personnel ? Je me battais avec moi-même pour en saisir le sens, pour comprendre le rôle de mes émotions et, par extension, celui des émotions des autres.

En écoutant l'écho qu'elle produisait en moi, de nouvelles perspectives se dévoilaient et je commençais à entrevoir : "Parce que je le vaux bien" concerne le mérite, le sentiment que je le mérite...


Cette réflexion prenait des proportions immenses. Tout au long de la journée, je cherchais d'autres émotions, cherchant à décoder ce qui se passait en moi. Mon corps manifestait un malaise, une légère angoisse. J'évitais les interactions sociales, préférant comprendre ce qui se bousculait en moi. Moi qui cherchais des solutions pour accompagner les autres, moi qui m'investissais dans l'amélioration du bien-être des autres, je me sentais impuissante face à cette tempête émotionnelle.

"Parce que je le vaux bien" ! Cette phrase, restée gravée dans ma mémoire, m'obligeait à analyser les différentes étapes et domaines de ma vie, afin de comprendre ce qui bouillonnait en moi.

"Je le vaux bien, je le mérite bien !!" Voilà la clé... le MÉRITE...

Est-ce que je le vaux bien en termes de salaire, de mes enfants, de ma maison, de mon statut social, de mon partenaire, de mon métier ?

Est-ce que je le vaux bien malgré le manque d'argent, la solitude, la précarité, le chômage, l'exclusion sociale, la distance avec mes proches, les conflits avec mes enfants, mes amis, mes parents ?

La liste devenait longue et insupportable. Je prenais conscience que c'était moi qui décidais de la réalité des choses, bien que ces croyances me hantent depuis l'enfance. Je commençais à réaliser que le mérite était ancré en nous dès notre éducation. Qui avait décidé que je méritais, que je le valais bien ? Cette idée de mérite, révélatrice de mon identité, d'être quelqu'un de bien selon certains critères de mon entourage.

La question qui m'assaillait était : si je ne mérite pas, que vais-je devenir ? L'angoisse me traversait, circulant entre mon cœur, mon cerveau, mes organes et mon visage. Que voulais-je devenir avec cette conscience du non-mérite ? Une conscience de ne pas être méritante !

Tant que j'avançais sans questionnement, je m'accommodais de ma réalité. Mais dès que la question était posée, je devenais responsable de mes choix, cherchant à gérer les émotions qui me paralysaient.

Si je suis méritante, la question ne se pose pas, quoique... ! Voici le thème qui m'a habité ces derniers jours ! Auriez-vous des réflexions à partager ? Je serais ravi d'échanger. En attendant, inscrivez-vous à notre newsletter pour rester connectés.

3 vues0 commentaire

Commentaires


bottom of page